ORIGINE DU VIET VO DAO : Art Martial Vietnamien

Viet Vo Dao -

ORIGINE DU VIET VO DAO : Art Martial Vietnamien

Préambule

Ceci est la retranscription partielle du livre de Maître Phan Hoang qui a été réalisé en collaboration avec les Maîtres Nguyễn Dân Phú, Tran Minh Long, Tasteyre Philippe et Pham Xuân Tong.

Viet vo dao - Maître Phan Hoang

Maître Phan Hoang

Photo extraite du site : Việt Võ Đạo Troinex

Viet Vo Dao - Maître Nguyễn Dân Phú

Maître Nguyễn Dân Phú

Photo extraite du site de l'école Phượng Hoàng Võ Đường


Viet Vo Dao - Maître Tran Minh Long


Maître Tran Minh Long

Photo extraite du site de l'école HỔ VÕ ĐẠO


Viet Vo Dao - Maître PHAM Xuân Tong

Maître PHAM Xuân Tong

Photo extraite du site de l'école QWAN KI DO

 

J’ai passé un nombre d’heures incalculables et passionnantes à retranscrire et illustrer cet ouvrage qui reflète parfaitement l'histoire et la philosophie des arts martiaux vietnamiens.

J’ai pris la liberté de retranscrire les termes Vietnamiens avec la bonne accentuation, ce qui n’était pas possible à l’époque où a été écrit ce livre. J’ai également ajouté de nombreuses illustrations afin de vous montrer les armes utilisées, situer les lieux, et mettre les photos des maîtres nommés dans cette retranscription.

Viet Vo Dao - Carte du Vietnam aujourd'hui

Carte du Vietnam de nos jours

Photo extraite du site MO TRAVEL

Vidéos de Viet Vo Dao

Extrait

L’UNIVERS DU VIỆT VÕ ĐẠO : Les Arts Martiaux Vietnamiens

"Le Việt Võ Đạo est né au Vietnam.
Mais sa véritable patrie est le royaume sans frontières des hommes."
Maître Phan Hoang

Le terme Việt peut se traduire littéralement :

  • Việt : Transcendant, supérieur (ce mot est souvent utilisé dans l'expression “Sieu Việt”). C'est aussi le nom du peuple vietnamien.
  • Võ : Arts Martiaux
  • Đạo : La VOIE, l’ensemble des principes de Vie et de Sagesse conduisant à un but suprême.

Việt Võ Đạo est le terme littéraire récemment utilisé pour remplacer l'ancien terme “VÕ TA” ou “VÕ VINAM” (Notre art martial vietnamien : expression évoquant l'orgueil national).

Plusieurs fois millénaire, la Voie de l'art martial vietnamien "Việt Võ Đạo" est aujourd'hui à la portée de tout le monde et cela par la philosophie pacifiste et son but humain. Malgré ses techniques plus que redoutables, l’âme du Việt Võ Đạo réside profondément dans la recherche de l’HARMONIE entre l'INTELLECT et le CORPOREL, entre l'HOMME et la SOCIÉTÉ, entre l'HOMME et la NATURE.

Chaque pratiquant doit constamment rechercher à évoluer dans ce sens : les techniques, quelque soit leur degré d’efficacité, ne sont pas des moyens permettant le développement de la personnalité du pratiquant dans une harmonie générale. Le fond du problème est de trouver l’art de vivre en harmonie avec ce que l'on a de plus profond en soi.

Aujourd'hui le Việt Võ Đạo doit être compris comme un MOUVEMENT MONDIAL de l'HOMME VRAI et non pas comme une simple technique de combat.

Ce livre vous aidera à découvrir davantage le fondement du Việt Võ Đạo ainsi que ses structures d’organisation. Les techniques, trop riches pour être regroupées dans un seul ouvrage, seront présentées dans des livres de Việt Võ Đạo publiés ultérieurement.

Histoire du VIỆT VÕ ĐẠO

Le Việt Võ Đạo se caractérise par le fait qu'il n'est pas l'invention d'un seul, mais l'œuvre de tout un peuple qui, au cours de son histoire, dut lutter pour survivre.

Ainsi, il est difficile de préciser sa date de naissance qui remonte certainement à l'époque où l'ancien Vietnam s'étendait encore sur la partie sud de la Chine actuelle jusqu'au fleuve DƯƠNG TỬ GIANG (Yang Tsé Kiang), il y a quelques cinq mille ans. On s’accorde à honorer l'empereur HÙNG VƯƠNG 1er, le fondateur du VIETNAM, comme fondateur du Việt Võ Đạo.

En effet, sous la dynastie des HÙNG - VƯƠNG (2879 - 258 av. J.C.) l'Art Martial Vietnamien ainsi que la médecine traditionnelle se sont structurés en même temps que la philosophie.


Viet Vo Dao - Empereur Hùng Vương

Empereur HÙNG VƯƠNG 1er

Photo extraite du site : Vietjet.net


L'histoire du Việt Võ Đạo est étroitement liée à l'Histoire du peuple vietnamien et cet art reflète aussi fidèlement l’âme de ce peuple. Les époques suivantes marquent son évolution :

Période de la formation des techniques (2879 - 111 av. J.C.)

Les dessins antiques découverts sur les parois des grottes au nord Vietnam ainsi que des objets anciens trouvés à ĐÔNG SƠN (Province de THANH HÓA) et à CHAPA  (SAPA - LÀO CAI) constituent les premiers éléments de recherche. À cette époque, la formation culturelle de l'homme s'appuyait aussi bien sur l'art martial que sur la littérature.

Outre les techniques de combat à mains nues, les Vietnamiens connaissaient déjà l’art du BÚA RÌU (Hache), l’art du ĐOẢN ĐAO (sabre court), l’art du GƯƠM (épée), l’art du THƯƠNG (sorte de lance), l’art du BONG PHÁP (bâton), l’art du tir à l’arc…

Viet Vo Dao - Vestiges Armes et Tambours Chapa - Sapa

Carte de Sapa - Vietnam

Photo extraite du site : Far Eastour

 

Dernièrement, les fouilles effectuées à la citadelle de Cổ Loa ont abouti à la découverte de nombreuses flèches datant de cette époque, ce qui confirme les interprétations des dessins gravés sur le tambour de Ngọc Lũ, pièce de musée très connue révélant la vie de l'art martial vietnamien.

 

Viet Vo Dao - Citadelle de Co Loa

Citadelle de Cổ Loa - Vietnam

Photo extraite du wikipedia : Par ZiYouXunLu — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=29410205r

 

Viet Vo Dao - Tambour de Ngoc lu

Partie supérieure du tambour de Ngọc Lũ

Photo extraite du site : Wikipedia - Tambour de Ngọc Lũ

 

Période de la formation des théories (111 av. J.C. - 906 av. J.C.)

Cette période marque l'invasion chinoise. Pour mieux résister à l’ennemi, l'art martial en tant que moyen de défense va compléter l'art militaire et se développer sur trois plans :

  • perfection des techniques,

  • formation de stratégies,

  • élaboration de théories.

Avec les personnages célèbres tels que Triệu Quang Phục, TRUNG VUONG, Lý Nam Đế, Bố Cái Đại Vương etc… plusieurs théories ont pris naissance.

 

Viet Vo Dao - Triệu Việt Vương de son autre nom Triệu Quang Phục

Triệu Việt Vương de son autre nom Triệu Quang Phục

Photo extraite du site : ZING NEWS

 

Viet Vo Dao - Portrait de Lý Nam Đế pendant la dynastie Lê

Portrait de Lý Nam Đế pendant la dynastie Lê

Photo extraite du site : http://masterpieces.asemus.museum/

 

La théorie “DI DOAN, THANG TRUONG” (Théorie de la supériorité des techniques rapprochées)

La théorie “DINHUOC THANG CUONG” (Théorie de la Souplesse contre la force)

La théorie “KY TAP CHIEN PHAP” (Principe des Surprises)

La théorie “AO ANH BI PHAP” (Le Secret des Illusions)

La théorie “PHAN TAN BIEN PHAP” (Méthode des Esquives sans résistance)

Ces théories servaient non seulement de principes directeurs pour l’art militaire mais donnaient aussi et surtout à l’art martial vietnamien des bases précieuses et nouvelles sur lesquelles s'appuyaient les inventions techniques les plus riches.

L'origine de nombreuses techniques que nous pratiquons aujourd'hui remonte à cette époque, selon les livres que détiennent actuellement les autorités du Việt Võ Đạo.

Période de développement (906 - 1009 de notre ère)

Pendant cette période, avec la conquête de l'indépendance nationale, l'art martial prend de l'emprise sur l’art militaire. Les rois Ngô Quyền et Đinh Bộ Lĩnh étaient à la fois de remarquables Maîtres de l'art martial et des théoriciens de guerre.

Les connaissances en art martial sont largement appliquées dans des théories militaires, dans l'organisation de l'armée et dans les méthodes d'entraînement des combattants.

Période de perfection et de popularisation (1010 - 1527 de notre ère)

Les techniques ont atteint à cette période leur plus haut niveau sur le plan de l’esprit, sous l'influence du Bouddhisme, du Confucianisme et du Taoïsme.

L'art martial est fondé sur une base philosophique de plus en plus riche et solide. Avec l'indépendance stable du pays, il est devenu un ART DE LA VIE visant à l’élévation de la valeur de l’homme.

Sous la dynastie des Lý (1010 - 1225) tous les mandarins et fonctionnaires devaient pratiquer l’Art Martial. Les dames de la cour s’entrainaient également pour montrer l’exemple. Sous la dynastie des Trần (1225 - 1400) les grades de LICENCE en ARTS MARTIAUX, DOCTEUR es ARTS MARTIAUX ont été créés en même temps que les Giảng Võ Đường (Académie des Arts Martiaux).

Le célèbre Généralissime Trần Hưng Đạo, vainqueur des Mongols Hun, a laissé plusieurs ouvrages extrêmement importants sur l’Art Martial Vietnamien à côté de ses deux livres de la guerre bien connus au Vietnam : “Binh thư yếu lược” (Précis de l’Art de la Guerre) et “Vạn Kiếp tông bí truyền” (Secrets des Stratégies).

Ce dernier livre n’est connu du public que par son titre. Quant à son contenu, il est tenu au secret. On sait vaguement que dans cet ouvrage le Génie de la Guerre a laissé à ses descendants les méthodes les plus extraordinaires de l’Art de Défense nationale.

En 1824, au jour de la fête de la mi-automne, le généralissime Trần Hưng Đạo invita tous les dirigeants des écoles d’arts martiaux Vietnamiens à une grande réunion pour leur faire part de la menace d'invasion des Mongols Huns et leur demanda de s’unifier.

À la suite de cette grande réunion, pour la première fois, toutes les techniques étaient présentées et codifiées.

Cet esprit d'union nationale a expliqué la célèbre victoire du peuple vietnamien face a l'invasion des Huns, les terribles conquérants du monde. La plupart des anciens livres traitant de l'art martial vietnamien avec des techniques codifiées datent de cette époque.

Le livre le plus présent doit être celui de Trần Quang Khải (de son autre nom : Chiêu Minh Đại vương) (1241 - 1294) intitulé “LINH NAM VO KINH” (L’Art Martial Vietnamien) car il constitue le document historique permettant de comprendre tout le fondement de l’art martial Việt Võ Đạo, bien différent des autres disciplines étrangères. Nous aurons certainement l’occasion de parler de l’étrange histoire de ce livre et nous nous efforcerons d’assurer sa traduction en français.

De 1414 à 1427, le Vietnam est passé sous la domination la plus terrible des Chinois de la dynastie des Ming. À cette époque, les Chinois ont réellement voulu effacer le Vietnam de la carte du monde et exterminer le peuple vietnamien. Partout ont eu lieu des exécutions de masse sans raison.

Tous les livres vietnamiens devaient être confisqués ; les meilleurs expédiés en Chine, le reste brûlé pour anéantir complètement la civilisation de ce pays. Cette période de cauchemars a eu de lourdes conséquences sur l'art martial vietnamien.

Bon nombre de livres sont passés en Chine, d’autres, de grande valeur mais paraissants incompréhensibles aux yeux des chinois étaient stupidement brûlés. Les maîtres, détenteurs des secrets étaient pourchassés et nombreux assassinés emportant avec eux leurs précieuses connaissances.

Plus tard, dans certains livres chinois publiés à Pékin on retrouve quelques aspects de l'art martial vietnamien; parfois l'auteur mentionne clairement qu'il reproduit textuellement certains passages puisés dans des documents vietnamiens sans en comprendre parfaitement le sens.

Malgré nos recherches très poussées, à l'heure actuelle l'explication de nombreuses techniques reste encore dans l’obscurité.

Il est à remarquer un fait singulier dans l’histoire de l’art martial Việt Võ Đạo. Devant cette terrible répression, l’art martial a pu, en fin de compte, trouver les circonstances les plus favorables pour exprimer toute sa personnalité.

Plus que jamais il est devenu l’Art du Peuple, le servant devant les agresseurs; à la différence d'autres disciplines qui étaient, à l’origine, des moyens de domination entre les moines des seigneurs pour défendre leur richesse, ou des moines, pour défendre leur religion ou pour mieux voyager dans la conquête des adeptes.

L’art martial vietnamien est devenu également un moyen d’éducation apprenant à l'homme à résister dans les circonstances les plus difficiles et dans les conditions matérielles les plus limitées.

L'esprit du Việt Võ Đạo a donné à son peuple, durant ces rudes épreuves, l'efficacité et la persévérance nécessaires qui le conduiront, en 1427, à la glorieuse conquête de son indépendance.

Depuis, au cours de l'histoire du Vietnam, il a su transmettre à son peuple, par-dessus les techniques, l'esprit de l'homme vrai et le secret de la vie. Ainsi, chaque fois que le Việt Võ Đạo fut délaissé dans l’histoire, la société a sombré dans la décadence.

Chaque fois que l'on mit l'accent sur les techniques en négligeant la formation de l’esprit, on fut amené à la destruction de la valeur humaine.

Période de la division (1527 - 1802)

Cette période marqua les divisions du pays et la lutte d'influence entre les seigneurs. Les antagonistes ont fait que le Việt Võ Đạo fut divisé et cristallisé en différentes écoles. Pourtant, chaque école ne représente qu'un certain aspect du Việt Võ Đạo. Plus tard, les disciples de chaque école se croient eux seuls détenteurs du véritable Việt Võ Đạo ; d'autres confondent le bâtisseur de ces écoles avec le fondateur des techniques.

Heureusement, il existe en dehors de tout conflit les véritables maîtres qui constituent le corps des sages et qui assurent la transmission des connaissances millénaires.

Le symbole de ces Maîtres pendant cette période troublée était certainement La Sơn Phu Tử. Il possédait, outre les connaissances en art martial et en art militaire, des connaissances prodigieuses des mathématiques et des sciences traditionnelles. Il vivait très simplement et retiré à la montagne, mais ses disciples étaient des grands personnages de l'histoire du Vietnam de cette époque.

L'empereur QUANG TRUNG le considérait comme son Maître.

Période de la décadence (1802 - 1945)

Cette période marque la dynastie des Nguyễn et la colonisation française. Au début du XIXe siècle, la puissance industrielle a ébloui le Vietnam au point de lui faire perdre sa confiance aux valeurs humaines.

Devant les armes modernes, l'art martial s'est révélé dépassé sur le plan de l’art militaire et cette hâtive constatation l’a conduit très vite à sa décadence. Sous la colonisation française (1863 - 1945), l'art martial vietnamien frappé d'interdictions s'est complètement brisé à tel point que les jeunes ignoraient pour la plupart son existence.

D'autres le confondaient avec les exploits imaginaires que décrivaient les romans chinois bien connus. Heureusement, l'entraînement du Việt Võ Đạo se poursuivit dans le plus grand secret de la clandestinité, et dans un cadre très limité avec des disciples sérieusement sélectionnés.

De ce fait, les élèves ne connaissaient que leur école ; les techniques étaient parfois déformées et différentes d'une école à une autre.

La renaissance (1938 - …. )

Elle a commencé en 1938 avec le Grand Maître Nguyễn Lộc, l'homme qui a consacré toute sa vie pour faire rejaillir des connaissances millénaires.

Une nouvelle ère pour le Việt Võ Đạo.

LE MAÎTRE FONDATEUR DU MOUVEMENT DU VIỆT VÕ ĐẠO

Le maître Nguyễn Lộc naquit en 1912 à Huu Bang province de Sơn Tây, au Tonkin, Vietnam. Dès son jeune âge il fut absorbé par l'étude de l'art martial et de la philosophie vietnamienne.

Sur les conseils de son maître, il partit voyager dans tout le pays pour bénéficier des enseignements des maîtres les plus compétents. Au cours de ses voyages, difficiles à cette époque, il a découvrit d’innombrables documents anciens jusqu'alors dispersés et ignorés.

En 1938, après que ses connaissances furent mises à de très rudes épreuves ses connaissances et après une longue méditation, Maître Nguyễn Lộc commença discrètement la codification et la structuration des techniques. Il recruta ensuite ses disciples et créa le mouvement VOVINAM VIỆT VÕ ĐẠO.

Il remit en lumière les fondements philosophiques de l'art martial vietnamien afin de redonner au Việt Võ Đạo sa véritable vocation. Sept ans plus tard, en 1945, le maître présente officiellement le mouvement à Hanoi puis se mit à dispenser son enseignement au grand public.

Depuis ce jour, le Việt Võ Đạo a prit très vite de l'ampleur pour devenir un large mouvement d'éducation visant la formation de l’HOMME VRAI.

En 1960, avant de s'éteindre à Saïgon, entouré de ses disciples, le Maître à prononça ses derniers vœux et laissa son testament, ses œuvres ainsi que d'anciens livres. Il désigna aussi son successeur, Maître Lê Sáng, et envoya d'autres disciples propager le Việt Võ Đạo à travers le monde.

À l'image de l’IDÉAL VIỆT VÕ ĐẠO, la vie du maître Nguyễn Lộc fut simple, utile et riche de signification. Sa grandeur réside dans cette simplicité et dans la noblesse d'esprit du Việt Võ Đạo qu'il a su transmettre pour toujours à des millions de pratiquants.

Au Vietnam, chaque année, les pratiquants du Việt Võ Đạo célèbrent très solennellement son anniversaire le huitième jour du quatrième mois du calendrier lunaire (au mois de mai de notre calendrier). Pendant toute l’année, des milliers de disciples du Việt Võ Đạo viennent se recueillir devant sa demeure éternelle.

Après la disparition du maître NGUYEN.LOC, le maître Le Sang, devenu patriarche, a convoqué le conseil des Maîtres du VIỆT VÕ ĐẠO en vue d'établir un plan de développement du mouvement. Ce premier plan a été approuvé à l'unanimité par l'assemblée générale convoquée le 1er février 1963 à Saïgon. Deux ans après le VIỆT VÕ ĐẠO retrouvait sa place dans le programme de l'Éducation nationale. Le problème le plus urgent était celui de la formation des Maîtres.

Conformément au principe “DA NANG DA DUNG” (être polyvalent pour être partout utile), les aspirants sont formés non seulement sur le plan technique par un entraînement rigoureux, mais aussi sur tous les plans de la culture générale. Ils sont invités à poursuivre les études universitaires dans tous les domaines, et pendant les week-ends et les grandes vacances à participer à des œuvres sociales et à travailler dans toutes les branches d’activités.

Ceci explique que dans la vie civile, les Maîtres du VIỆT VÕ ĐẠO arrivent remarquablement à unir la technique et la culture afin de bâtir leur vie sur une HARMONIE. Grâce à cette génération de maître, nombreux et bien formés; le VIỆT VÕ ĐẠO connaît durant cette dernière décennie un développement à la fois rapide et profond, non seulement au Vietnam mais dans le monde entier.

En Occident, sous l’égide de l’INTERNATIONAL VIỆT VÕ ĐẠO (Fédération Internationale du VIỆT VÕ ĐẠO) avec le maître PHAM HOANG, assisté d'un Conseil des Maîtres, les maîtres du VIỆT VÕ ĐẠO œuvrent dans de nombreux pays dans une structure solide est bien ordonnée. Le 15 Décembre 1973 le maître Président PHAN HOANG effectue le premier pèlerinage au Vietnam après douze ans de voyage.

Devant la demeure éternelle de son maître, Maître NGUYEN LOC, accompagné de son condisciple et ami, Maître TRAN HUY PHONG, Maître PHAN HOANG a renouvelé, dans une cérémonie simple mais émouvante, son serment conformément à ce que veut la tradition. Il acprésenté ensuite au patriarche LE SANG, le projet de développement de l’INTERNATIONAL VIỆT VÕ ĐẠO pour les dix ans à venir.

Le 9 Août 1974 une délégation internationale conduite par Maître PHAN HOANG et Maître NGUYEN DAN PHU est allée en visite officielle à SAIGON. À la suite de ce voyage, l’INTERNATIONAL VIỆT VÕ ĐẠO a obtenu du VIỆT VÕ ĐẠO du Vietnam un envoi de dix-huit experts mis à la disposition de Maître PHAN HOANG en vue du développement du VIỆT VÕ ĐẠO en EUROPE, en AFRIQUE et en AMERIQUE.

Parmi ces experts figurent Maître HOAN QUAN, Maître NGUYEN VAN THU, qui sont disciple du regretté Maître fondateur NGUYEN LOC ainsi que les Maîtres LIEN et DUC. Il convient de citer également parmi ces dix-huit experts mesdemoiselles LAN et HUE (BACH LONG), monsieur DO LONG le premier envoyé. monsieur PHUNG DUONG le frère de Maître TRAN HUY PHONG, Président du VIỆT VÕ ĐẠO au Vietnam et Monsieur THANH DUC professeur d’acupuncture.

D’autres Maîtres connus au Vietnam tels que Maîtres TRUONG THANH DANG (SA LONG CUONG), Maître QUACH VAN KE et QUACH PHUOC, MaîtreTHICH THIEN TANH (MAI VAN PHAT), Maître LE VAN KIEN, Maître MINH SANG, Maître MGUYEN HUU TIET, PHAN VAN BAI, etc… ont entretenu avec Maître PHAN HOANG en vue d’établir des relations plus fréquentes avec l’INTERNATIONAL VIỆT VÕ ĐẠO dans un projet d’envoi d’experts, en Occident, et de publication d’ouvrages.

Ce voyage a marqué une étape importante dans l’histoire du VIỆT VÕ ĐẠO Mondial. Désormais le développement du VIỆT VÕ ĐẠO est défini dans un plan bien précis avec le maximum de coordination. De plus en plus, le nombre de pays s’intéressant au VIỆT VÕ ĐẠO augmente. Le VIỆT VÕ ĐẠO attire ces pays par ses techniques complètes, riches et efficaces mais aussi et surtout par son aspect philosophique, son organisation et son but qui est la formation de l’HOMME VRAI.

Fin de l'extrait


Cours Viet Vo Dao Thanh Long

159 commentaires

  • nZXbyUDqBdEcpOKw

    mfqwBYjlW

  • reAFhHDUjT

    vSBPzulAoEZHjRQw

  • MEGyKNPUnqX

    fRsgUKxMFmXQOV

  • DXVxLbOJG

    rEeTIzfHKiJ

  • WcjBJxhVqgCMykL

    cVRBeYjCJNXQuov

Laissez un commentaire

Newsletter

Recevez nos articles en exclusivité dans votre boite email 📬